Il va y avoir de la « Rumba » dans l’air à l’hôtel de ville

« Lambersart Papers » du mardi 4 juin 2019

Marc PREVOST, journaliste de Daily Nord, vient de publier un article intitulé « 

Lambersart : Le 1er Adjoint Christophe CAUDRON marche vers l’Hôtel de Ville« .

A Lambersart, les manœuvres électorales ont commencé. Le premier adjoint Christophe CAUDRON mûrit sa décision. Et ne cache plus sa volonté de participer à la compétition des municipales de l’année prochaine…..

A travers son titre, Marc PREVOST annonce la volonté de Christophe CAUDRON de participer aux élections municipales de mars 2020 soutenu par « En Marche« .

La claque magistrale prise par les Républicains à LAMBERSART, lors des élections Européennes, moins de 10%, a-t-elle précipitée la rupture avec son ancien mentor le Républicain Sénateur ancien Député et Ministre Marc-Philippe DAUBRESSSE, futur candidat déclaré à LILLE ?

Il se peut que oui ?

Si on en croit DailyNord, Christophe CAUDRON fera donc sa liste sans tenir compte de celle de son propre maire actuel, la candidate déclarée Christiane KRIEGER.

Nous assistons là à un Bis repetita ! Petit retour en arrière !

Tout comme en octobre 2013, la majorité municipale devrait éclater lors du prochain Conseil Municipal. En effet, la candidature du 1er Adjoint ne restera probablement pas sans réaction. Mme le Maire devrait, tout comme son prédécesseur, Marc-Philippe DAUBRESSE l’avait fait en octobre 2013, à l’encontre d’Yvon COUSIN, de Bernard COFFYN, de Frédéric DEHAEZE et d’Ali ACHOURI, vouloir lui retirer l’ensemble de ses délégations…..

Là où ces situations similaires risquent de diverger réside tout simplement dans le fait qu’en 2019, l’entourage de Mme le Maire n’aura pas aussi facilement la tête du 1er adjoint. Une partie non négligeable de la majorité municipale d’aujourd’hui a probablement enfin compris les raisons du schisme de la majorité municipale de 2013.

N’est-il pas courant de dire que malheureusement le temps perdu ne se rattrape jamais mais l’est-il tout autant de dire qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire ?

A l’aube du bilan de l’ancienne équipe de Marc-Philippe DAUBRESSE et de Christiane KRIEGER des questions se posent :

Marc-Philippe DAUBRESSE et Christiane KRIEGER, tout comme ces dernières élections Européennes ont laissé leur parti, vont-ils faire de même et laisser Lambersart dans un triste état ?

L’article, publié hier par DAILYNORD, ne laisse présager rien de bon. Aujourd’hui, Christophe CAUDRON semble remettre en cause les récentes décisions de ventes des terrains de l’avenue DEBUIRE du BUC et de l’ensemble PASTEUR. Il trouve les ventes de terrains de la ville trop récurrentes et, pour ces 2 dernières, elles seraient, à ses yeux, trop précipitées.

Au Budget Primitif 2015, dès la montée en puissance des ventes des terrains de la ville à travers celle de 4527m² du terrain du stade Guy LEFORT, au bout de l’avenue de l’Hippodrome, l’opposition municipale, « Lambersart le Coeur en Plus« , avait manifesté très fortement son opposition à la soi-disant gestion dynamique du patrimoine, stratégie avancée, par Marc-Philippe DAUBRESSE, au milieu du mandat sans pour autant l’avoir inscrite dans son programme de campagne lors des élections municipales.

2016-05-02 Stade Guy Lefort (7)

A l’époque, à une question de Bernard COFFYN, élu d’opposition, qui l’interrogeait sur le fait qu’il abandonnait la rénovation des 2 façades restantes et d’une partie du toit du Centre de Gaulle pour un montant programmé de 1 464 743,20€, il lui répondait tout de go :

« c’est un choix politique !« .

Circulez, il n’y a rien à voir !

Pourtant, force est de constater qu’un tel choix pouvait sembler incohérent. En effet, quel propriétaire qui, après avoir rénové entièrement (murs, huisseries etc…) de 2 façades de sa maison et une partie de son toit, prendrait la décision de s’arrêter à mi-chemin pour employer l’argent restant à faire autre chose ?

Mais au fait, de quoi parlons-nous ?

Depuis 2015, les 2 maires successifs de Lambersart ont appliqué à la lettre cette stratégie que l’opposition avait qualifiée de stratégie Dynamite de gestion du patrimoine, une sorte de frénésie immobilière qui consiste à vendre systématiquement et dans la précipitation les bijoux de la ville pour financer les projets du Maire :

Stade Guy LEFORT

2016-05-02 stade guy lefort (8)

4527m² vendus à la société ATREO à 390€/m² au stade Guy LEFORT pour un montant de 1 800 000€, pour y construire 3 petits immeubles d’une quarantaine de logements de prestige, vente toujours suspendue au recours déposé au Tribunal Administratif par l’Association des habitants de Canteleu au tribunal administratif mais pourtant vente déjà encaissée en 2016, sans attendre, à travers une garantie à 1ère demande de la poste.

Pourquoi ne pas avoir attendu que ces recours soient totalement purgés ?

Depuis 2016, des intérêts et des indemnités sont payés chaque année par les contribuables à la société ATREO.

Serres CASIER

2255m² vendus à la société NEOXIMO à 239,47€/m² aux Serres CASIER pour un montant de 540 000€, pour y construire 9 maisons de ville comprises entre 860 000€ pour la plus chère et 350 000€ pour la moins chère, alors que l’évaluation des domaines prévoyait cette vente à hauteur de 298€/m² et que des terrains situés à proximité ont été vendus à la même époque 450€/m².

Pourquoi donc avoir vendu ce terrain appartenant à la ville à un prix aussi bas sans pour autant y faire une partie de logements sociaux ?

Site Pasteur : École et terrain à vendre

3843m² seront vendus à une société désignée parmi 3 sociétés choisies par l’exécutif municipal sur le site de l’école Pasteur pour y construire un nombre de logements non déterminés comprenant 30% de logements sociaux + 10% de logements sociaux d’accession à la propriété (PSLA : Prêt Social Location Accession), pour un prix plancher estimé par la brigade d’évaluations des domaines à 1 200 000€.

Cette vente annoncée en ce début d’année sans que le projet ait fait l’objet d’une consultation préalable semble occasionner quelques remous au sein des habitants du quartier et engendre quelques interrogations.

Pourquoi une telle précipitation au point d’accélérer les procédures en demandant une dérogation pour vendre avant de démolir ?

N’est-il pas possible d’attendre la fin de l’année scolaire avant de démolir les anciens bâtiments de l’école et viabiliser le terrain ?

Ce projet de construction n’a pas été présenté aux habitants du quartier et la réunion du 31 mai mais les 3 projets réalisés par les 3 sociétés désignées devraient être présentés le 13 juin.

Comment les 3 sociétés que la ville envisage de consulter, conformément aux propos tenus dans la délibération du Conseil municipal du 9 mai 2019, pourront-elles réaliser de tels projets en si peu de temps ?

De plus de nombreuses questions demeurent : hauteur des immeubles, places de parking (Parkings souterrains ?), augmentation de la circulation déjà dense dans la rue de LOMPRET, etc…….

Comme à l’accoutumée, le 31 mai, lors de la réunion, les habitants du quartier ont eu la vague impression que la ville venait leur vendre un produit déjà fini sans les y avoir associés….

Comment vont-ils réagir à cette situation de fait accompli, un nouveau recours en perspective ?

Site DEBUIRE DU BUC

Vue Aérienne avenue Debuire du Buc2

3436m² seront vendus à une société désignée parmi 3 sociétés choisies par l’exécutif municipal dans l’avenue DEBUIRE du BUC dont encore 388m² de terrain appartenant au stade Guy LEFORT pour y construire un nombre de logements non déterminés comprenant plus 30% de logements sociaux (Plus ?), pour un prix plancher estimé par la brigade d’évaluations des domaines à 1 200 000€.

Là une fois encore, lors de la réunion le samedi 25 mai, les habitants du quartier de Canteleu, ont eu aussi la vague impression que la ville venait leur vendre un produit déjà fini sans les y avoir associés….

Pourquoi des délais aussi courts, comment en moins d’un mois, les sociétés désignées pourront-elles produire des projets cohérents ?

Quid du surcroît de circulation, du manque de parkings, de la densité jugée excessive de population dans le quartier de Canteleu..….?

Comme le précise la Voix du Nord dans son article du 29 mai, manifestement le projet ne plait pas à tout le monde. Le débat ne semble donc pas clos et, compte tenu de l’ambiance constatée lors de cette réunion, il ne serait pas étonnant qu’aujourd’hui de nouveaux recours soient dans l’air.

Une telle situation que l’on pourrait qualifier d’explosive ne va probablement pas s’atténuer avec les propos tenus par le 1er adjoint de la ville qui aujourd’hui semble quitter le navire tant les risques de chavirage se précisent.

En effet, derrière ces ventes de terrains se profilent les difficultés budgétaires de la ville.

Si les projets de ventes de ces terrains par la ville n’aboutissent pas réalisés avant le 31 décembre 2019, le budget de la ville de Lambersart sera remis totalement en question. Il manquera la bagatelle de 2 400 000€ de recettes de cessions immobilières pour l’équilibrer.

Budget 2019, tout comme celui de 2015 que l’opposition avait déjà dénoncé comme insincère, les recettes de cessions immobilières inscrites à l’équilibre de ce budget par la majorité demeurent incertaines.

De plus, si le recours contre la vente des terrains du stade Guy LEFORT, inscrite au Budget Primitif 2015, venait à ne pas être réglé en fin d’année, il faudrait alors rembourser en plus les 1 950 000€ déjà inscrits au budget, garantis par la poste, à ATREO. Le montant global à trouver pour maintenir le budget 2019 en équilibre atteindrait alors environ 4 500 000€.

Comment Christiane KRIEGER pourra-t-elle faire face à une telle situation  déficitaire ?

Par l’emprunt ? Cela semble particulièrement difficile, compte tenu de la faible capacité de remboursement de la dette, voire très faible et ce, malgré l’augmentation de taxe d’habitation réalisée en 2018 pour un montant de 860 000€ ?

Sera-t-elle enclin à ne réaliser les travaux programmés de l’année en cours qu’au strict minimum comme ce fut déjà le cas lors de ces 3 dernières années concernant la mise en accessibilité des salles municipales aux personnes présentant un handicap (779 000€ programmés en 2019) ?

En mars 2020, au moment du bilan électoral de ce mandat 2014-2020, le bilan de la gestion financière de la ville risque d’être particulièrement détonnant…..

Ne s’agit-il pas là d’une utopie ?

Il nous semble que non puisqu’à présent une partie de la majorité municipale semble partager ce diagnostic et va quitter le navire.

L’avenir nous le dira…..

 

2 réflexions au sujet de “Il va y avoir de la « Rumba » dans l’air à l’hôtel de ville”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s